LE SITE INTERNET DE PEUPLES SOLIDAIRES AVIGNON EST EN COURS DE MODIFICATION, MERCI POUR VOTRE COMPREHENSION.

Compte-rendu mission 11 juin 2008- 17 juillet 2008

 


Centre Sanitaire et Social de Perkouan

Rappel des objectifs de la mission :

- faire le point sur le fonctionnement du Centre
- trouver une solution au problème de l’infirmier
- prendre les premières dispositions pour la mise en place du projet-ruches
- faire connaître le Centre à jcharles bertozzi, en vue d’une contribution en tant que pédiatre

Réunion du 4 juillet 2008 à Perkouan en présence des notables du village, de Rasmane, Président de l’Association de Développement de Perkouan, de Brigitte Reynaud et de Christian Mendez

L’ordre du jour comprenait
- la présentation de Christian
- le bilan des activités du Centre ( Maternité, Cren, Consultation, Pharmacie, Comité de gestion)
- le point sur les projets en cours (ruches, jardin, moustiquaires)
- la remise d’un vélo à la nouvelle aide-accoucheuse
- le paiement des ‘’motivations’’ aux animateurs du Centre

Une vingtaine de personnes seulement étaient présentes, en raison de la saison des pluies, pendant laquelle les gens sont occupés toute la journée dans les champs


Bilan des activités

1) La maternité :
La matrone indique que Mme Toé, la sage-femme de Bonyolo, vient régulièrement pour la surveillance des mamans enceintes. Elle est venue 25 fois depuis l’ouverture du Centre, ce qui fait un rythme d’environ toutes les 3 semaines. Environ 45 femmes se présentent à chaque visite
Nombre d’accouchements
Janvier 2008 11
Février 8
Mars 19
Avril 14
Mai 12
Juin 12
Total 76

Prix de l’accouchement 1 000 FCFA
Les fournitures ( gants, compresses, désinfectants…) sont procurées par le CSPS de Bonyolo.
L’argent des accouchements est remis au trésorier du Coges régulièrement

Sensibilisation : la matrone fait de la sensibilisation auprès des femmes en leur donnant des conseils : précautions pendant l’hivernage, consultations régulières dès le 3ème mois, prévention du palud… Mais il serait souhaitable d’organiser une sensibilisation collective et spécifique sur la grossesse et la maternité. Il est convenu que ce sera la priorité lorsque les sensibilisations seront mises en place.


2) Le CREN
Une 2ème animatrice a été recrutée et formée par Marie.
Nombre de consultations :
Janvier 38
Février 17
Mars 27
Avril 12
Mai 17
Juin 6
L’activité du Cren est extrêment ralentie, du fait de l’absence de Dieudonné aux consultations. Les 2 activités sont étroitement liées. Par ailleurs, les sensibilisations n’ont pas démarré non plus. Il faut dc attendre que tout le fonctionnement soit opératiionnel avant de tirer des conclusions

Marie, l’animatrice, demande s’il est possible de s’approvisionner en médicaments auprès du Cren de Réo (sœur Jeannette), en cas de rupture de stock. La réponse est négative : tout l’approvisionnement en médicaments se fait désormais par l’intermédiaire du Coges, sous le contrôle de la Direction de la Santé

Comptabilité : voir document ci-joint

3) La consultation
L’agent de santé (Dieudonné) ne vient plus depuis fin février par manque de disponibilité. Le village souhaite ardemment la nomination d’un agent de santé sur place. Il est convenu d’attendre la visite sur place de Madame Drabo, au cours de laquelle seront ciblés les points qui restent à régler pour obtenir cette nomination.

4) La Pharmacie
Charles le pharmacien, ayant trouvé un travail à la mine, n’est pas toujours disponible pour son activité au Centre Il est en train de transmettre ses compétences à Marie.
L’activité de la pharmacie est elle aussi liée à celle de la Consultation, dc assez peu développée actuellement. Toutefois, les villageois viennent chercher leurs prescriptions de Bonyolo a la pharmacie du Centre.
La comptabilité est à jour, voir document ci-joint

Les projets à venir
Le projet-ruches de René . Le projet est présenté aux villageois présents. Le Centre sera doté de 15 ruches kenyanes, soit 5 ruches par quartier, avec un équipement complet par quartier. La moitié du montant total sera remise au Comité pour passer la commande. Le solde sera envoyé ultérieurement.
Le comité de pilotage va réfléchir à la meilleure manière de gérer cette dotation, au profit du Centre, d’ici le mois de Décembre, date à laquelle René sera présent pour la phase concrète.
Une visite au Centre a^picole de Koudougoua permis de se rendre compte qu’il ne serait pas utile de chercher à transformer la cire sur place à Perkouan, puisque le Centre apicole rachète cette cire et en assure la transformation.
Le projet de jardin Communautaire : la recherche de financement par Peuples Solidaires est en cours, mais n’a pas encore abouti..
Une visite sur le site de Bing ( entre Koudougou et Ouaga ) a permis d’observer les techniques d’arrosage par énergie solaire. Cela fonctionne, mais le coût d’installation est extrêmement élevé.

Réunion du COGES (Comité de Gestion) : elle a eu lieu le 08/07/08.
Etaient présentsle Président Rasmane, le Commissaire aux Comptes, Ahmed, la Vice-Présidente, Anne-Marie, le Trésorier, Bagora.

L’activité du Coges a débuté le 21 Décembre 2007, à la fin de la formation reçue par les membres. Le Coges fait le compte-rendu de l’activité du Centre en Assemblée Générale, et il est contrôlé d’en-hautpar la Direction de la Santé (Monsieur Soubaga).
Le dernier contrôle du Commissaire aux Comptes remonte au 28 février. Le prochain est imminent. Il serait souhaitable d’effectuer un contrôle tous les 3 mois, minimum, ce qui n’est pas le cas actuellement en raison de l’absence de l’infirmier.

Le trésorier rend compte des encaissements successifs depuis la cration du Coges.
Il est à noter que malgré l’absence de consultations depuis le mois de février, le solde est largement positif (voir document) .

Visite du Centre par le représentants de la Direction de la Santé 14/07/08

Cette visite a fait suite à la rencontre avec Madame Drabo, Directrice de la Sant, au cours de laquelle elle avait reconnu que l’indisponibilité de l’infirmier pour se rendre à Perkouan justifiait d’envisager la nomination d’un agent de santé au village-même.. Mais elle subordonnait sa décision à une visite sur le terrain, destinée à lister les exigences administratives à satisfaire pour obtenir l’agent.

N’étant pas disponible elle-même, 2 agents de Santé, Christophe et Julien, ont été missionnés par elle pour la remplacer.
Après une visite minutieuse des lieux, les 2 agents ont fait part , devant les villageois réunis, de l’appréciation qu’ils allaient transmettre à madame Drabo.
Tout d’abord, ils ont rappelé que le Centre, au départ, n’appartenait pas à la pyramide Sanitaire, telle qu’elle fonctionne au Burkina, mais que l’Administration a accepté le projet, en raison de sa spécificité, et de celle de Perkouan, très éloigné de la structure dont il dépend. Ils ont salué le travail accompli, et fait remarquer que bon nombre de structures officielles de santé (CSPS), ne bénéficiaient pas de locaux aussi beaux. Ils ont également précisé que ce Centre de Santé de Perkouan était conforme à la politique de la Santé du Burkina, qui a pour objectif d’amener la santé là où les gens en ont besoin. D’où l’adhésion de l’administration à ce projet.
Ils ont noté la propreté et la bonne tenue des lieux et en ont félicité les villageois.
Ensuite ils ont énuméré tous ce qu’il faudrait améliorer, afin que le poste de santé soit exemplaire en matière de sécurité et d’hygiène et de prévention.
:
- dans la salle d’accouchement, et pour la table d’accouchement, remplacer par souci d’une meilleure hygiène, la peinture actuelle par une peinture à l’huile, lavable, et qui n’absorbe pas l’humidité.
- Acheter 3 poubelles à pédale + du matériel de désinfection (cocotte-minute + gazinière)
- Mettre en place une fosse à ordures, non accessible aux enfants
- Remettre le puits en état
- Prévoir un éclairage ( gaz, pétrole…)
- Aménager des trous d’aération dans le mur externe de la cuisine du CREN
- Si possible, plafonner la maternité
- Mettre de rideaux dans la salle d’accouchement

Enfin, a été abordé le problème crucial du logement de l’infirmier, condition absolue pour la création d’un poste.
A la proposition du village d’utiliser les logements non-occupés des enseignants, les agents répondent que cela ne peut être que provisoire, d’autant que ces logements sont éloignés du Centre, et qu’il faudra, dans un délai rapide, construire un logement décent et agréable pour l’agent de santé.

En conclusion, les agents mettent en garde le villagecontre le risque de ne pas avoir recours aux services de Santé, une fois qu’ils seront créés, comme cela arrive dans certains villages.


Centre Artisanal et artistique de Kinkianly

 

La première structure a été réalisée depuis plusieurs semaines. La galerie et les ateliers étaient programmés pour être réalisés en notre présence, mais cela n’a pu se faire. En effet, l’association Tchéné qui pilote le projet, attend une rencontre avec les notables du village afin de leur présenter et de leur expliquer le projet dans le but qu’il s’intègre harmonieusement à la vie du village, et que les notables en deviennent des acteurs et des promoteurs. Nous avons été tout à fait d’accord avec cette approche, d’autant que les activités de l’association sont suspendues pendant les congés scolaires. Par ailleurs l’expérience de Perkouan a montré tout l’intérêt qu’il y a à à privilégier le fonctionnement collectif, en particulier dans un village musulman.
Un terrain voisin du Centre artisanal a été acquis par l’association Tchéné sur ses fonds propres, et une plantation de 200 anacardiers (noix de cajou) a été réalisée, dans le but de générer des revenus destin és au fonctionnement du Centre.
Dans la même perspective, nous avons travaillé à un nouveau volet du projet concernant l’organisation de stages artisanaux sur place. Ce qui suppose de développer une structure d’hébergement. Une visite à un Centre artisanal de ce type à Koudougou permet de penser que cela est réalisable. A suivre …


Conclusion


Le Centre Sanitaire et Social de Perkouan est en marche, toutes les activités fonctionnent, sauf la Consultation : or, seule la nomination d’un agent de Santé sur place pourra résoudre le problème. La condition imposée par la Direction de la Santé, à savoir la construction d’un logement, ne peut être remplie sans notre aide financière. En effet, comme partout en Afrique aujourd’hui, l’insécurité alimentaire est à son paroxysme, il est donc hors de question pour le village de mettre dans l’achat de sacs de ciment l’argent qui ne leur suffit même pas à acheter le riz nécessaire pour nourrir leurs enfants.
Il est à noter que même sans la Consultation, le Centre est pratiquement autonome financièrement. Dc le rétablissement de cette activité, outre ce qu ‘elle représenterait comme soulagement pour la population, devrait rendre sa gestion totalement saine.

Quant au projet de Kinkianly, il va sans doute demander encore un peu de temps avant de trouver sa forme définitive. Mais ce qui est sûr, c’est que dès la rentrée, il accueillera les enfants dans ses nouveaux locaux . Ce qui est déjà un grand pas en avant pour l’association Tchéné, et pour le village dans son ensemble.

 

 

 

 

Top